Les témoins de l'enfer cybersexuel Les témoignages de sexoliques Les témoignages des conjoints   Les témoignages de ceux qui décrochent
Temoignages de pornodependants name=
Faites le Test pour savoir si vous êtes  accro ou non à la Pornographie
Pour commencer à décrocher
Si vous rechutez ne perdez pas espoir
Tous les conseils pour décrocher
Le sevrage de A à Z
Tout sur la sexualité compulsive
Les fantasmes et la Réalité
Dépendance au Chat sur internet
L'enfer du cyber sexe
La pornographie, sujet tabou ?
Venez rejoindre les dépendants et conjointes de dépendants pour partager cette addiction
 
 

Acheter Les dangers du sexe sur Internet



TEMOIGNAGES
CONSEILS POUR LE SEVRAGE


Mon frère a 14 ans et il est accro
Eviter de se "balancer" à sa compagne
Je vous prends à témoin

Des nouvelles de Gomina
, l'un des "anciens" du Forum
Des réflexions sur les forums
par Bruno, un autre "ancien"
Votre site m'a mis une bonne baffe
Mon psy n'arrive pas à me faire parler
de mes réels problèmes
Je n'ai jamais eu aucune relation sexuelle

CONSEILS POUR LE SEVRAGE
LES DERNIERS CONSEILS D'ORROZ

Partager

Mon frère a 14 ans et il est accro

Bonjour,
Je suis la grande soeur de (prénom), je ne sais pas si ce nom vous dit quelque chose mais il a 14 ans. Bien que nous ayons toujours vécus ensemble, nos relations sont toujours restées distantes. Cependant, alors que j'entrai en coup de vent dans sa chambre, il y a quelques mois de cela, je l'ai supris en train de consulter un site pornographique.

Sur le moment, soucieuse de ne pas le mettre mal à l'aise, je n'ai rien dit, tout juste fait un clin d'oeil et esquissé un sourire me disant qu'il faut bien que jeunesse se fasse et que peu nombreux sont les jeunes hommes de son âge qui n'ont pas eu à un moment ou un autre une attirance pour ce genre de site. J'ai donc fermé doucement la porte en lui faisant comprendre que je ne dirai rien et que je ne le jugeais pas.
Quelques minutes après, mon petit frère vient vers moi et m'explique que ce n'est pas si banal que je le pense, qu'il va souvent (tous les jours) voir ce genre de sites, qu'il n'arrive pas à s'en empêcher et qu'il en est autant dépendant que moi de la cigarette. Je souris gentiment et, pensant qu'il s'agit là seulement de culpabilité (celle que tout jeune homme peut ressentir par rapport aux nouveaux désirs qu'il ressent) je lui explique qu'il est tout à fait normal, qu'il a grandi, que son corps s'est transformé et qu'il n'a pas à avoir honte de ses nouveaux penchants. Je lui dis également que la plupart des gens que je connais se masturbent, que moi également, que les filles comme les garcons (même s'ils prétendent le contraire) ont tous une certaine curiosité pour ce genre d'images et de films. Je pensais que la seule chose qui constituait un problême dans sa situation était qu'il le vive mal et surtout seul.
Il y a deux semaines, nous avons discuté à nouveau sur ce sujet et comme il me répétait qu'il se sentait mal par raport à çà, qu'il allait encore tous les jours consulter ces sites, et que cela constituait un si grand problème pour lui, qu'il s'était (ce qui n'est pas peu à son âge) documenté sur le sujet et qu'il avait trouvé notamment votre site. Tant le terme de "sexolisme" que la dépendance qu'il désigne m'étaient jusqu'alors inconnus. et je voudrais l'aider mais ne sais pas réellement comment faire. Je lui ai d'abord dit que pour moi le terme de dépendance était un concept vide et que, s'il n'était pas en accord avec lui, il fallait qu'il cesse d'aller sur ces sites. FACILE, je me rends bien compte moi-même qui essaye depuis des années d'arrêter de fumer, que ce n'est pas si simple. Du reste nous avons fait un deal ensemble: tandis qu'il arrêtait d'aller sur ces sites, moi de mon côté j'arrêtais de fumer. Ce qui n'a pas marché...
Je l'ai revu une semaine après ce pari et, constatant que ça n'avait pas fonctionné comme je le pensais, j'ai discuté avec lui de ce que je pouvais faire pour l'aider. Nous avons décidés que, lors de ma prochaine venue à la maison, j'installerai sur son ordinateur un logiciel de sécurité enfant et que j'en garderai le mot de passe. Nous verrons le résultat.
Un point positif est que nous parlons désormais complètement librement de son problème et que, face à moi, il n'en a plus honte. J'ai consulté votre site et ai lu attentivement la liste des choses que vous conseillez de mettre en oeuvre pour sortir de cette dépendance. Cependant, mon frère étant mineur, un bon nombre de vos conseils (comme par exemple consulter un psy) sont inapplicables sans le consentement de nos parents qui ne sont pas au courant de sa situation.
Je suis très heureuse qu'il soit venu se confier à moi et qu'il se soit déchargé de ce poids sans doute très lourd à porter seul. Je ne voudrais pas briser la confiance qu'il m'a faite. Je ne sais donc pas si je dois exposer la situation à mes parents, d'autant plus que j'ai des doutes quant à leur capacité à le comprendre et à l'aider. J'ai peur qu'ils le jugent et le cupabilisent d'autant plus. Tout le travail que j'ai fait pour amener mon frère à me parler librement serait alors réduit à néant.
Pouvez vous, s'il vous plait, m'aider à le conseiller, à prendre de bonnes décisions. Le poid qu'il portait seul sur ses épaules est désormais aussi sur les miennes et je me sens trop petite et trop peu informée pour l'aider.
Dans l'espoir que mon mail ne se perde pas dans la multitude des lettres que vous devez recevoir, je vous présente mes vives félicitations pour la création de votre site qui m'aide déjà beaucoup.

R : Merci pour votre message et pour votre sincérité.
Effectivement votre frère m'avait déjà envoyé un mail pour me demander de l'aide et je lui avais conseillé de vous en parler parce qu'il semblait vous accorder une grande confiance.
Comme vous avez peut-être pu le lire dans les différents témoignages de mon site, la dépendance au sexe virtuel est une dépendance très forte, comparable à une drogue dure. Le fait qu'il soit accro si jeune est à la fois un désavantage et un avantage. C'est un désavantage car il ne connaît rien du sexe réel et de la vraie relation amoureuse, avec tout ce que cela implique au niveau des sentiments, des sensations physiques, donc il ne peut pas comparer et se dire : laissons tomber le virtuel, la réalité est tellement mieux !
C'est un avantage car il a moins d'années de dépendance derrière lui, comparé aux adultes parfois accros depuis 15 ou 20 ans ! Même s'il ne peut pour le moment consulter un psy, il serait bon de voir ensemble pourquoi il est devenu accro aux sites X, comment cela a commencé, quels étaient ses manques : de l'attention de sa mère, de sa tendresse ou au contraire de sa trop forte présence ? Le plus souvent, c'est le père qui offre le même schéma affectif : votre père est-il lui aussi accro à quoi que ce soit, sexe, alcool, drogue, boulot ? A-t-il été abusé dans sa prime enfance, ou vu des adultes faire l'amour ? Ou vous-même, sa soeur ? Toutes ces questions permettent de mieux cerner les racines de cette dépendance, vous comprenez ?
Bien entendu, je suis d'accord pour un suivi par mail, en attendant qu'il soit majeur, dans la mesure où vous n'abuserez pas, ni lui ni vous, car j'ai effectivement beaucoup de travail.

Merci pour ce que vous faites pour lui.

Orroz

Eviter de se "balancer" à sa compagne

J'ai 19 ans, et j'ai réalisé il ya 9 mois environ ma dépendance.
En fait, c'est ma copine qui a découvert que je regardais des images, et surtout QUOI. Après une longue mise au point et une restructuration de notre couple, qui a pris un sérieux coup dans l'aile, je me suis résolument et fermement décidé à arrêter. J'ai tenu 6 mois sans aucun problème, j'avais réellement oublié le problème sans aucun inconvénient.
Puis il est revenu... et là, j'ai rechuté sévèrement. Je n'ai pas osé lui en parler, à force de culpabiliser. Je n'ai repris de bonnes résolutions qu'il y a 2 semaines, après avoir connu votre site - excellent- et avoir fugacement dit que j'avais du mal à tenir à ma copine. Je viens de rechuter il y a une heure. Et j'avais honte, j'ai été sur le site pour me redonner confiance et repartir avec plus de prudence, moins de témérité.
En fait, à part pour vous remercier et vous féliciter pour vos conseils et explications - dans lesquels je me retrouve horriblement - je voulais apporter une petite précision que je n'ai pas vue sur le site et que, je pense, il faudrait afficher même si le forum doit en parler:
Eviter de se "balancer" à sa compagne par auto-flagellation. J'ai failli le faire, j'avais le portable dans la main, je me demandais comment le dire, quand je me suis rendu compte que, quelque part, je me disais "quelle que soit sa réaction, tu le mérites".
Je pense que c'est un travers dangereux, et qu'il faudrait ajouter ce conseil au couteau suisse de l'apprenti-sevré: Toujours réfléchir. Il faut toujours relativiser, rester calme et posé, cela est indiqué, mais ne pas appeler sa copine sur un coup de tête; le faire après s'être demandé si c'est mieux, s'il ne vaut mieux pas attendre, si on le fait pour faire avancer le couple, ou si on veut juste recevoir une punition pour nos actes.
Je vous laisse seul juge, mais en tout cas, merci. J'ai un nouveau combat devant moi.
Au revoir!


R: Avec le recul que j’ai, je peux vous dire que vous avez raison. Je ne regrette pas d’avoir avoué à mon épouse, à l’époque, ma dépendance car cela m’a permis de prendre les bonnes décisions, notamment de créer le site d’Orroz et de mettre toutes les chances de mon côté pour me sevrer. En revanche, j’ai toujours regretté de lui avoir avoué lorsque j’ai rechuté, quelques mois après. C’est cette déception qui l’a le plus marquée et notre couple a mis des mois à s’en remettre car elle ne me croyait plus du tout.
Bon courage pour votre sevrage !

Orroz


Je vous prends à témoin

J’ai visité par hasard votre site Internet, par le biais duquel j’ai pris conscience de ma dépendance à Internet et plus précisément à la pornographie via Internet (score au test : 14/20). Je vis depuis plusieurs années un cauchemar et je suis tombé dans un cercle vicieux duquel je ne parviens pas à me sortir seul. Je suis aujourd’hui conscient du fait qu’Internet est une drogue particulièrement dangereuse. Ne souhaitant pas parler de ma dépendance à mon entourage mais toutefois désireux de me confier à quelqu’un, je me suis finalement décidé à me confier à vous (.../...)
Je suis conscient du caractère ridicule et dégradant de mes pratiques et de leurs conséquences néfastes, mais l’envie l’emporte toujours sur la raison et la honte sur la dignité. J’ai rédigé à plusieurs reprises des « engagements » écrits pour tenter de décrocher, mais je n’ai jamais été capable de les respecter. Comment l’homme volontaire et courageux que j’étais par le passé a-t-il pu tomber aussi bas ?
Aujourd’hui, ma charge de travail est énorme, ma situation professionnelle est critique, et je poursuis mes pratiques à raison d’environ 5 h par jour, délaissant un peu plus ma compagne que je ne vois quasiment plus et à qui je fais croire régulièrement à des heures supplémentaires. J’ai même failli par y croire moi-même…
En ce jeudi 20 juillet 2006, j’ai décidé de regarder enfin la situation en face, et de ne plus me mentir à moi-même. Après avoir méthodiquement détruit ou condamné d’accès toutes les sources de mes fantasmes, je m’engage solennellement et sur l’honneur :
• A abandonner définitivement mes pratiques ridicules et dégradantes ;
• A ne plus utiliser Internet qu’à des fins professionnelles et pour la consultation de ma messagerie ;
• A ne rompre cet engagement sous aucun prétexte ;
• A vous écrire régulièrement pour vous confirmer le bon déroulement de mon sevrage.
Cet engagement va peut-être vous paraître ridicule, compte tenu du fait que je n’ai pas été capable de respecter les précédents, mais je suis convaincu que la présence d’un témoin (vous, en l’occurrence) m’aidera dans ma démarche, démarche à mon sens indispensable pour retrouver un équilibre de vie et surtout une dignité perdue.
Je vous remercie de m’avoir lu et je vous félicite très sincèrement pour votre combat.

R: Merci pour votre témoignage et merci de m'avoir choisi comme "témoin" de votre engagement. Ainsi, à chaque tentation d'y retourner, vous n'aurez plus qu'à venir sur cette page (mettez-la dans vos marque-pages) et à vous relire.
Maintenant, cela ne suffira sans doute pas, comme nous le montrent toutes ces rechutes au bout de 3 jours, de 3 semaines ou de 3 mois. Aussi, je vous conseille de mettre toutes les chances de votre côté, comme il est indiqué sur la page des conseils, que je vous suggère de mettre également dans vos marque-pages
.

Bon courage! Orroz

 

Des nouvelles de Gomina, l'un des "anciens" du Forum:

Cela fait maintenant des mois que je ne suis pas revenu sur ton forum, ni sur d'autres d'ailleurs. Comme je te l'ai dis, j'ai préféré faire ma course tout seul. Je suis passé sur le nouveau site, j'ai lu quelques nouvelles de John par ci par là. Je suis aussi retourné sur le "forum d'orroz". Cela m'a fait bizarre, j'ai eu l'impression de retourner sur un lieu de vie abandonné...
Te souviens-tu de notre pari ? J'étais sûr de pouvoir réussir ce sevrage sans psychiatre. Le premier mai, cela fera un an !!!! Qu en dis tu?
Je t'accorde un point: le psychiatre est nécessaire et je me suis décidé à y avoir recours.
Je ne retourne plus sur des sites X, j'ai tenu 12 mois et la tentation n'est plus là. Mais, malgré tout, je ne me sens pas libéré. J'ai compris il y a quelques temps que lorsque le pansement tombe, il reste la blessure. Je ne me voile pas la face. Je suis face à une angoisse, une insécurité, un mal être interne auquel je dois faire face. La différence est que le X n'est plus actuel pour palier à cette angoisse, il ne la voile pas. Je l'ai définitivement écarté, même dans les jours les plus sombres. Dans ces moments-là, je regarde mon angoisse en face et je fais au mieux pour la gérer.
Bientôt, je commence une thérapie pour régler ces problèmes d'enfance. Ce sera alors la vraie délivrance pour moi et je trouve ce projet vraiment excitant et libérateur. D'un point de vue général, je me sens tout de même différent: plus viril, moins honteux, plus heureux et proche de la réalité. J'ai beaucoup de mal à vivre une sexualité normale, et pour cause je n'ai jamais eu de sexualité normale.
Heureusement, je ne suis pas frénétique ni compulsif, je suis juste ignorant dans le domaine, alors je m'entraîne le plus sainement possible. J'ai besoin de retrouver des sensations positives par rapport au sexe et à la sexualité en général. J'ai décidé de ne plus avoir honte de ça, alors je me rééduques pas à pas sans images. C'est aussi une manière de faire un pied de nez à mon enfance hyper catholique, où le sexe est décrit comme un péché. Je crois que toute mon angoisse provient d'une attention négative par rapport à mon enfance où l'éducation était stricte et destructrice. Le sexe et le tabou qu'il représentait pendant mon enfance représente bien mon malaise et l'angoisse que j'ai aujourd hui. Pas étonnant que j'ai choisi le X comme refuge. Aujourd'hui j'ai tourné la page mais je pense désormais une chose : l'homme doit être fier de sa sexualité parce que c'est un moyen de donner, et surtout la sexualité fait une avec l'homme, le sexe doit être accepté et non refoulé. J'ai refoulé le sexe par honte et en faisant cela je crois avoir refoulé une multitude de sentiments. C est ce processus qui a créé tous ces bouleversements en moi. Je crois que le travail thérapeutique ne peut que me faire du bien.
Une autre chose est certaine : depuis que j'ai décroché du X, je respecte plus mes défauts, je les accepte. Je me libère de cette envie de plaire à tout le monde. C'est important parce que je crois que je travaille plus à l unisson par rapport à ce que je pense. En deux mots je suis beaucoup plus fort, je me respecte beaucoup plus. Bref tu le vois je me soigne. Je vais de l avant.
Voilà, je crois que j'ai écris ce que je pense. C'était important pour moi de te le dire parce que ton site m'a vraiment sauvé. Merci pour tout. S'il n'y avait qu'une chose à retenir de ce message, c'est JE SUIS SEVRE. Merci d'en faire part à John, Déclik et les autres si tu le veux. En tout cas lundi, je fête mon premier anniversaire, alors champagne !!!!

R: Tu l'as bien mérité, Gomina ! J'avais du mal à croire que tu pourrais y arriver tout seul et je ne me suis pas trompé. Mais tu as fait preuve de volonté, de courage, de détermination et ce sont surtout ces vertus qui t'ont permis de tenir. Maintenant, pour ce qui est de l'angoisse, l'insécurité et le mal être intérieur, il te faut passer du psychiatre au thérapeute. Quelqu'un qui saura t'aider à arracher les racines profondes de ton mal-être par des séances de catharsis émotionnelle ou de guérison du passé. Demande à John, il se sent plus libéré et plus serein depuis.
En tous cas, je te souhaite une vie pleine de joies et d'amour.

A bientôt !
Orroz

 

Des réflexions sur les forums, par Bruno, un autre "ancien"

J'ai eu, cette semaine, une impression bizarre. Comme je fréquente parfois le forum sexualité de Doctissimo pour évoquer un problème qui me touche particulièrement, il m'est arrivé de vadrouiller sur certaines de ses sections. J'ai fait deux constats.
D'abord, il y a pas mal de gens qui finalement vivent leur sexualité sans qu'elle soit problématique et qui doivent sans doute être loin de l'univers empoisonné des addictions. Mais j'ai aussi pu constater à quel point notre société évolue dans un univers où le sexuel est une quête en soi, fait partie d'un besoin presque matériel, déconnecté de l'esprit. Symptôme de ce monde qui individualise toutes ses composantes, "prendre SON pied" structure bien des demandes.
J'ai pu me rendre compte, par exemple, que la prostitution tendait à devenir une pratique légitime, presque de service public chez certains. Le phénomène des escorts, que de mon temps on appelait "putes de luxe", permet à ceux qui en ont les moyens (ou qui décident de se priver par ailleurs) d'éprouver leurs angoisses pulsionnelles en résumant le mystère du désir à un échange marchand. J'ai failli me prendre pour une sorte de zombie, un être à part. Mais là encore, je cultivais mon ego, pour m'estimer faire partie de cette élite des dépendants qui, ayant touché le fond jusqu'à ce jour, ont bénéficé de la grâce divine qui les a tirés par le "colbak" du trou de douleur dans lequel ils se dégoutaient quotidiennement. Car au fond, comme l'alcoolisme mondain participe de la même souffrance à laquelle j'ai gouté avant de rencontrer les Alcooliques Anonymes, le "sexolisme mondain" s'inscrit dans ce même manque spirituel. Je ne dois donc pas juger, mais compatir, me rendre disponible s'il le faut. Sur le "forum libre" de Doctissimo, je poste de temps à autre sur un sujet consacré à la pornodépendance. Beaucoup de souffrances de conjointes encore une fois. J'en ai pris encore une fois plein le coeur, et cela m'a permis de me souvenir dans quelle galère j'étais encore plongé. Vraiment : ne pas juger. Qui que ce soit. Et essayer de tendre la main, quand je peux. Cela ramène à ma mémoire "le serment de Toronto" des Alcooliques Anonymes : "Lorsque n'importe qui, n'importe où, tend la main en quête d'aide, je veux que la main de A.A. soit toujours là ... et de cela, je suis responsable."

(publié par Bruno sur son blog: dépendance-liberté)

Votre site m'a mis une bonne baffe

Il y a bien 12 ou 13 ans que je regarde du X. J' ai 25 ans aujourd'hui, une vie plutôt heureuse, je finis des études secondaires, je voyage, j'ai une petite amie depuis 1 an. Je suis plutôt confortable avec mon apparence physique... Mais je réalise progressivement depuis quelques temps que je me comporte comme un pornodépendant. Je prend du plaisir à regarder ces films où ces pauvres filles se font violemment baiser (je parle cru mais autant appeler un chat un chat). J' ai toujours ce sentiment de culpabilité qui m'envahit une fois que je me suis masturbé. Je me regarde dans la glace et je me dis que cela ne mène à rien, que j' imprime dans ma tête des images qui sont violentes et qui développent des émotions malsaines. Je suis relativement conscient de cela, mais dans le même temps je ne parviens pas à me défaire de cette habitude; je regarde des films X toutes les semaines, parfois plusieurs fois par jour. Je n'en ai jamais parlé à personne et ce soir, après avoir pour la èn-ième fois effacé tous mes fichiers de videos, je décide de regarder sur Internet ce qui se dit sur les conséquences psychologiques d'une addiction au X.
Je tombe sur votre site. Je lis les conseils, les témoignages, j'écoute l'émission radio... pour la première fois, je réalise que je suis "une victime" comme vous dites. Pour ma part, je me considère entièrement responsable parce qu'il me semble que j' ai toujours évolué dans un environnement social très favorable et qui ne m' a pas du tout poussé vers le X.
Mais maintenant, je flippe réellement parce que je suis en train de devenir un adulte (légalement je suis un adulte depuis un petit moment!!), enfin je veux dire que je prend conscience que c'est maintenant qu'il faut que je construise ma vie et je ne veux pas traîner cette addiction avec moi. Cela me prend trop d'énergie, ça fait peser un risque énorme sur ma vie sociale, ma confiance en moi et mon équilibre psychologique. Je souhaite vraiment évoluer et devenir quelqu'un de fort psychologiquement, et même d'épanoui spirituellement.
Votre site m'a mis une bonne baffe. Il m'a fait mieux prendre conscience de mon problème. Je sais maintenant que je dois réagir rapidement si je ne veux pas affronter des situations très difficiles dans les années à venir. J'avoue que j' ai un peu peur, je ne sais pas vraiment ce que je vais affronter. Je ne sais pas à quel point cette addiction est ancrée au fond de moi et combien de temps il me faudra pour m'en défaire. Je ne sais pas si je dois aller voir un psychologue ou si je dois essayer de m'en sortir tout seul.
Je pense que je vais continuer de m'informer, suivre vos conseils et peut-être lire un ouvrage sur le sujet. Je vous remercie en tout cas d'exister. Je pense que votre rôle dans notre société moderne est extrêmement important. Dans ma génération, il y a probablement des milliers (sans doute même des dizaines de milliers) de jeunes dans mon cas, qui font une consommation abusive de X et qui ont peu ou pas d'information sur les dangers qu'ils encourent. Je vous encourage à continuer votre lutte, à continuer à développer des outils pedagogiques et des méthodes pour s'en sortir, parce que des milliers de gens en ont besoin.
Bon courage


R: Merci pour votre message. Vous avez parfaitement compris les dangers qui guettent votre génération, et ce sont bien des dizaines de milliers, voire même des centaines de milliers de jeunes qui ne se doutent pas de l’impact que peuvent avoir ces milliers de pages malsaines sur leur cerveau et des difficultés qu’ils vont rencontrer plus tard pour s’en défaire. Car malheureusement, il est beaucoup plus dur de décrocher du X que de se sevrer du tabac.

Orroz

 

Mon psy n'arrive pas à me faire parler de mes réels problèmes

...tout ce que vous me dites est juste, et en tout cas me fait mieux prendre conscience que je ne vais pas bien. J'espère que ça ira mieux, mais je suis plutôt pessimiste en la matière. Cela fait tellement longtemps que je ne vais pas bien. En fait mon dernier souvenir d'époque où ça allait bien pour moi c'était quand j'étais tout petit...
Pas de vie sociale, c'est extrêmement dur à vivre. Je voulais juste préciser une chose, et après je vous promets que je vous fiche la paix !
En fait, lors de mes rendez vous de psy (une fois par semaine), notre façon de parler de mes problèmes est assez étrange, puisque ça se fait par le rire. En gros, mon psy s'amuse à exagérer mes défauts dans le but de dédramatiser j'imagine, et moi ça me fait sourire, voire rire. Il a dû comprendre que j'arrive à rire de certaines de mes pseudo-analyses sur ma propre personne. Mais le problème c'est que le fait de rire de soi lors d'une analyse me donne la sensation que je refuse d'attaquer le fond de mes problèmes. Je me rends compte que c'est mon principe de fonctionnement qui fait que j'ai tout ces problèmes de relations sociales, et que ce serait à moi de changer et pas aux autres. J'en ai vraiment conscience que le problème vient de moi, mais je n'arrive pas à me changer ! Je suis terré dans l'immobilisme, tellement j'ai peur des autres et surtout du jugement des autres. J'anticipe à l'avance tout ce qu'on pourrait penser de moi.
Pour résumer ma question, comment avancer réellement dans ma psychanalyse, mon psy ayant aussi perçu qu'il y avait certaines choses sur lesquelles je bloquais et dont il pensait qu'il ne valait mieux pas que je me force à les lui dire. Il se contente de me "piquer de temps en temps, mais pas trop" m'a-t-il dit. Il m'a parlé de ça lorsque j'ai évoqué le souhait d'arrêter mon analyse. Je voulais arrêter car je sais qu'il y a des choses (celles dont je vous ai parlé dans le dernier mail) dont je ne peux vraiment pas parler en face à face.
Sert-il vraiment à quelque chose de suivre une thérapie lorsque l'on n'arrive pas à parler de ses principaux problèmes ? Encore merci.

R: Vous dites que vous consultez votre psy une fois par semaine et vous vous étonnez qu’il se “contente de vous piquer de temps en temps, mais pas trop” ? C’est tout le problème des psychanalystes qui, pour la majorité, sont préoccupés par la rentabilité de leur cabinet et n’hésitent pas à prolonger le nombre de séances. Généralement, ils se contentent d’écouter et ne donnent pas ou peu d’avis personnels ou de conseils. C’est pourquoi je vous conseillerais de trouver un thérapeute orienté sexolisme ou un psychothérapeute spécialisé dans les dépendances qui vous permette d’aller voir ce qui, dans l’enfance, est à l’origine de votre mal-être actuel. Une fois ces racines retrouvées, vous pourrez vous occuper de votre dépendance.
Bon courage !

Orroz

 

Je n'ai jamais eu aucune relation sexuelle

Je m'excuse de vous joindre directement, mais j'aimerais avoir un avis sur ma situation, vous étant psychologue si j'ai bien compris.
En effet, j'ai 21 ans, je suis "entièrement" célibataire depuis plus de trois ans maintenant ; pas même un flirt depuis trois ans. Je n'ai jamais eu aucune relation sexuelle. Ma dernière relation amoureuse a duré 9 mois et, pour moi comme pour elle, c'était pour la vie. J'avais 19 ans. J'ai décidé de rompre sous la pression de mes amis car j'étais de plus en plus triste dans cette relation et mon entourage s'inquiétait de me voir comme cela. J'ai extrêmement mal vécu la rupture et personne n'a compris pourquoi puisque c'est moi qui ai rompu.
Depuis, je suis tombé amoureux une seule fois d'une fille pour laquelle j'avais une dépendance affective incroyable sans même vraiment la connaître. Cela a duré 6 mois avant que j'ose lui dire que j'avais des sentiments pour elle. Je me suis fait jeter violemment. Elle m'a dit que j'avais tout gâché (à notre pseudo relation d'amitié). Il ne s'est donc rien passé avec cette fille, et je n'ai plus eu de relation sentimentale, ni même de sentiments pour personne depuis lors.
Cela fait donc trois ans que je suis seul, que je n'ai jamais attiré personne, sauf... quelques garçons ! Ce qui m'a amené à me poser quelques questions sur mon orientation sexuelle. J'éprouve alors des attirances physiques et sexuelles pour les garçons mais pas du tout sentimentalement parlant. Pourtant ma vision du couple reste celle de l'homme et d'une femme. Je continue à trouver des femmes jolies, mais jamais "bonnes" comme la plupart de mes potes les qualifient.
J'ai un beau physique je crois puisque je l'ai souvent entendu, mais ça n'a jamais mené à rien, sauf à attirer les homosexuels ! Je me trouve beau bizarrement, et non pas moche comme je le devrais puisque je n'ai aucune confiance en moi. Mais je ne m'aime pas. J'aime mon physique si c'était quelqu'un d'autre à la place. Je pense n'avoir aucune personnalité. Je me sens vide de tout intérêt. Pourtant j'aime bien mon physique... sauf que je n'assume pas ma pilosité, pourtant pas plus excessive que chez un autre.

R: Apparemment, vous avez un problème d'identité sexuelle... Et une ambiguité au niveau sentimental. Comment voulez-vous que l'on vous aime si vous ne vous aimez pas vous-même ?

Aujourd'hui je n'ai plus d'amis, pas même un seul, je visite fréquemment (cinq ou six fois par semaine) des sites X mais des sites mettant en scène des garçons et jamais des femmes. J'ai horreur de la pornographie féminine, cela me dégoûte. J'ai une trop belle image de la femme pour cela. Je ne me sens pas gay pour autant, je ne souhaite pas vivre avec un homme.
A mon grand malheur, j'ai eu beaucoup de demandes de la part de garçons, mais jamais de femmes sauf un peu étant adolescent. J'ai toujours refusé la relation avec un garçon même un simple flirt. Pourtant il n'y a pas longtemps j'ai rencontré un garçon et suis allé prendre un verre avec lui, sachant qu'il était gay. Mais je ne souhaite plus le recontacter, bien que tout ce soit bien passé. J'ai très peur du regard de l'autre, et encore plus de mon propre regard sur moi même. Je me juge constamment. Je ne supporte meme pas l'idée d'être homo, et donc je l'occulte complètement. Cela se trouve je ne le suis pas, mais cela se pourrait, et je me persuaderais alors en force du contraire.
Je pense être en quelque sorte un très fin stratège ; je sais très bien comment attirer des garçons, mais pour les filles c'est zéro. Je crois que je me suis peut-être testé avec les garçons. Je ne sais pas...

R: Voilà votre problème : vous ne savez pas et vous ne savez pas ce que vous voulez ! vous avez un amour narcissique pour vous mais vous n'aimez pas les défauts que vous pourriez avoir. En fait, vous voulez être parfait ! Une sorte d'icône, de star, de dieu ou de déesse. Il me semble percevoir l'amour démesuré (ou trop ambigu) de votre mère derrière votre malheur. Faites-vous aider par un psy ou un thérapeute, à mon avis il y a du boulot ! Bon courage.

Orroz

CONSEILS POUR LE SEVRAGE


A partir du moment où vous commencez votre sevrage, vous serez inévitablement tenté chaque jour par des images de toutes sortes, surtout durant les trois premiers mois. Aussi, puisque vous avez du mal à changer tout de suite vos habitudes, fixez-vous une nouvelle règle :
Ne téléchargez que de la musique !
Et j'en sais quelque chose, puisque les premiers temps de mon sevrage j'avais eu la mauvaise idée de chercher des extraits du film Woodstock. Et je me suis retrouvé à ouvrir un mpeg X ! Donc, méfiance ! Et si cela arrive, direct corbeille + supprimez éléments corbeille !
De plus, quand vous aurez une belle collection de musiques, vous aurez une arme supplémentaire contre la "bête" car elle n'aime pas la musique, surtout la musique harmonieuse et sentimentale !
Mettez toutes les chances de votre côté.
Pour ma part, j'ai expérimenté une technique tibétaine qui consiste, lorsque le désir commence à devenir trop insistant, à visualiser un champs de squelettes. On peut aussi transformer une image de sexe en remplaçant les corps nus par des squelettes. Personnellement, si l'image persistait, je la détruisais mentalement avec le feu. C'est assez radical !
Une autre façon de faire reculer les désirs, c'est de suivre les conseils de Bouddha :
"Prenez note de quoi que ce soit qui arrive, continuez simplement à prendre note et lorsque cela disparaît, prenez note de nouveau que maintenant le désir a disparu et vous sentirez s'établir une distance par rapport au désir, à la pensée."
Juste intérieurement, prenez note: maintenant une pensée surgit, maintenant une pensée a surgi, maintenant une pensée disparaît. Rappelez-vous simplement que maintenant la pensée surgit, maintenant la pensée a surgi, maintenant la pensée disparaît, afin de ne pas vous identifier avec elle.
C'est très beau et très simple : vous marchez sur la route, une belle voiture passe, un désir surgit. Vous regardez la voiture, vous l'avez à peine regardée que le désir de la posséder surgit déjà. Faites cela : au début verbalisez simplement, dites juste lentement "J'ai vu une voiture, elle est belle, maintenant le désir a surgi de la posséder." Verbalisez simplement.
Une belle femme passe : le désir est entré. Prenez-en note juste comme si vous n'êtes pas concerné, vous prenez simplement note de ce qui arrive et soudainement vous en serez sorti.
Et si vous le pouvez, observez qu'un désir a surgi, qu'un désir est parti et que vous êtes resté dans l'intervalle, que le désir ne vous a pas dérangé. Il est venu, il est allé, il était là et il n'est plus là maintenant, et vous êtes resté imperturbable, vous êtes resté tel que vous étiez avant cela. Il n'y a eu aucun changement en vous. Le désir est venu et il est passé comme une ombre. Il ne vous a pas touché; vous restez sans une égratignure. Examinez le mouvement du désir et le mouvement de la pensée, mais aucun mouvement en vous. Examinez cela et dissolvez-vous dans la beauté. Et cet intervalle est beau. Dissolvez-vous dans cet intervalle. Tomber dans cet intervalle et être cet intervalle, ce vide, est l'expérience la plus profonde de la beauté. Et non seulement de la beauté, mais du bien et de vérité aussi. Dans le vide vous êtes...

j'ai testé durant mon sevrage et j'ai remarqué cela: il faut juste patienter quelques minutes sans se décourager, comme une plongée en apnée, et ça finit par s'estomper. Dès que ça faiblit, on dirige son esprit sur autre chose (diversion = oubli) Et en fait, c'est pas bête : il faut devenir PATIENT, c'est la leçon à apprendre puisqu'avant on en manquait cruellement !

Précisions pour un dépendant :
"j'arrive pas à bien comprendre la méthode. jusque là j'observe la pensée qui m'agresse, je l'identifie, je la mets en quarantaine, j'observe... j'observe... je note et je me dis : c'est une penseé impure ou bien une image salace mais ce qui ce passe en me disant ça, je la ravive je revois l'image, c'est vrai au début je ne m'identifie pas à elle mais à force elle fait son effet. Alors si on peut me donner plus d'infos sur cette partie de la méthode ?"


R: Il faut pratiquer c'est tout ! Ce n'est pas au bout de 3 fois que le cerveau archaïque enregistre. Avant d'imprimer faut qu'il saisisse plusieurs fois, un peu comme un programme d'ordinateur.

Orroz


LES DERNIERS CONSEILS D'ORROZ sur le Forum

A tous les dépendants en voie de sevrage, je tiens à rappeler que:
- les rechutes sont inévitables, surtout au début, et il ne faut pas culpabiliser outre mesure. L'essentiel est de remettre rapidement le compteur à zéro et de retenir la leçon.
- la cyberdépendance étant souvent à l'origine des tentations, il est nécessaire de s'éloigner aussi souvent que possible de l'ordinateur.
- le cap des 3 semaines pour les "nouveaux" et celui des 3 mois pour les "anciens" est une réalité, mais il faut veiller à ne pas crier victoire trop tôt, tout au moins pas avant l'anniversaire. Je rappelle qu'une désintoxication totale est de 18 mois.
- le travail sur soi est indispensable, même si on décide de se passer d'un psy ou d'un thérapeute. Mais dans ce cas, on a tout de même besoin d'une oreille extérieure (conjoint, ami ou amie) et d'une discipline de fer.
- rien ne sert de diaboliser le X, il faut juste le fuir. Tout comme l'alcoolique sevré s'éloigne des rayonnages des vins dans le supermarché.
Enfin, un engagement FERME et DEFINITIF envers soi-même (ou envers Dieu, quelle que soit la conception que vous avez de la Divinité) est le seul garant d'une réussite totale.

A tous les conjoints de dépendants, je rappelle que :
- vous partagez la vie d'un drogué du sexe et il faut beaucoup de courage pour l'accompagner dans son sevrage. Comme un junkie, il vous mentira plus d'une fois, trahira votre confiance, cherchera à vous culpabiliser ou à vous fuir, même s'il vous aime sincèrement.
- n'oubliez jamais qu'il est aussi une victime de cette société de consommation et qu'il souffre de ne pouvoir maîtriser son addiction.
- mais que ce qui précède ne vous fasse pas oublier que vous devez vous faire respecter, quitte à employer l'ultimatum : c'est le X ou moi !
- l'espionner ou contrôler ses visites sur l'ordi (sauf si c'est lui qui le demande) ne fait que retarder le début de son sevrage. Vous devez le RESPONSABILISER.
- le conjoint est souvent co-dépendant, donc un travail sur vous-même est vivement conseillé, surtout si vous déprimez parce que ça n'avance pas.
- s'il persiste trop longtemps dans son refus de voir la réalité en face, ne vous sacrifiez pas. La vie à deux n'est en aucun cas à sens unique, et l'Amour est fait pour être partagé.
Enfin, quelle que soit l'issue de cette bataille, ne vous identifiez pas à votre conjoint et PENSEZ à VOUS !

Votre dévoué, Orroz


(© Orroz 2003-2013)

 



Le Livre d'Orroz